1 2

Une vérité qui dérange

#28

Les villages cancerCoup de tonnerre dans le monde de l'éolien. Le magazine Athena (Initiative de la Région wallonne, Athena est une publication mensuelle éditée par le Département du Développement technologique de la DGO6) a publié en janvier un article mettant en évidence la pollution monstrueuse nécessaire à la fabrication des éoliennes. En effet, ces machines industrielles utilisent des aimants permanents. Pour fabriquer les aimants permanents d’une turbine éolienne de 3 MW, il faut 2 tonnes d’éléments de terres rares d’origine chinoise, lesquelles génèrent 20.000 m3 de gaz toxiques. Sans parler du CO2 émis pour transporter ces terres en Chine où elles seront rafinées avant d'être ramenées sur leur lieu d'extraction.

les terres rares ont un autre gros défaut: elles sont sales. Leur exploitation génère des nuisances que la Chine, qui n'est guère obsédée par la protection de l'environnement, tolère au prix de graves pollutions. Certains villages riverains des mines concernées ont été surnommés «villages cancer». Des régions entières ont été souillées par des déchets toxiques, corrosifs et même radioactifs qui contaminent l'atmosphère, les sols et l'eau. En août 2011, un rapport de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) observait que chaque tonne d'éléments issus de terres rares (REE) générait, à travers les techniques de raffinage, autour de 10 000 m3 de gaz chargés d'acide hydrofluorique, d'acide sulfurique et de dioxyde de soufre avec, en prime, quelque 75 m3 d'eau usée acide et environ une tonne de résidus radioactifs. Quand on sait que la Chine a produit en 2008 la bagatelle de 130 000 t de REE, on mesure les mégatonnes de polluants générés en parallèle. À noter que, rien que pour fabriquer les aimants permanents d'une turbine éolienne de 3 MW, il faut 2 t d'éléments de terres rares.

Ces machines sont donc directement responsables de la mort de nombreuses personnes dont bon nombre ne sont encore que des enfants. Comment la région Walonne peut nous demander de subsidier ce massacre à travers le mécanisme des certificats verts auquel nous contribuons tous via notre facture d'électricité et en contrepartie le dénoncer dans un tel article? L'industrie éolienne est un mensonge intellectuel, une hérésie écologique, une absurdité politique, une calamité pour l’humanité non seulement chinoise mais mondiale.

Fichier attachéTaille
Athena_magazine_scientifique_277_page_10-11_2012-01.pdf309.67 Ko